We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Travailler ensemble pour des soins de santé universels

18 Septembre 2017
Rosa Pavanelli, PSI General Secretary
Le droit à la santé requiert des efforts concertés qui placent le peuple, et non le profit, au centre de la politique. Il sera possible d’offrir un avenir meilleur à l’humanité seulement lorsque la santé pour tous sera devenue une réalité incontestable. L’ISP salue l’énergie nouvelle affichée par le Dr Tedros Adhanom pour rappeler son engagement total à l’égard de la couverture de santé universelle.

Cette volonté, qu’il manifeste depuis sa récente entrée en fonction le 1er juillet, devrait inciter les gouvernements à renouveler leurs promesses d’agir en faveur de l’Objectif de développement durable 3.8. Ces promesses ne se concrétiseront qu’à partir du moment où la coopération et le partenariat social seront pris en compte.

Le fait que l’Assemblée mondiale de la santé ait adopté des recommandations de la Commission de haut niveau sur l’emploi en santé et la croissance économique des Nations Unies, sous la forme du plan de mise en œuvre quinquennal « Working for Health » (Travailler pour la santé), est assez significatif, pour deux raisons.

Tout d’abord, cela démontre que la nécessité de renforcer et de transformer la main-d’œuvre sociale et de santé au niveau mondial est un élément incontournable pour atteindre l’objectif de la santé pour tous. Ensuite, il apparaît qu’il est extrêmement important de travailler ensemble, notamment dans le cadre d’un dialogue social tripartite concerté.

Les affiliés de l’ISP à travers le monde se sont totalement approprié cet esprit de « travailler ensemble ». Pour les personnels de santé que nous sommes, le travail d’équipe fait partie intégrante de notre activité de dispenser des services dont nos concitoyens ont besoin. Et pour les syndicats, la sensibilisation est un mécanisme très utile pour acquérir une influence politique.

Aujourd’hui plus que jamais, nous devons veiller à ce que les engagements pris par nos gouvernements lors de la 70ème Assemblée mondiale de la santé aboutissent à une action pratique qui renforce les systèmes publics de santé en encourageant l’emploi dans le secteur de la santé et en favorisant une croissance économique soucieuse de n’exclure personne.

Rien ne justifie que 150 millions de personnes passent sous le seuil de pauvreté chaque année à cause de leurs frais de santé. Comme nous l’avons signalé au moment du lancement de la campagne mondiale de l’ISP sur le droit humain à la santé, l’actuelle situation incapacitante dans laquelle se trouve l’immense majorité des citoyens découle de choix politiques, et elle peut être changée aussi par des choix politiques.

Toutefois, il ne sera pas facile de faire les choix politiques qui inverseront la tendance établie depuis plus de quatre décennies de réformes néolibérales. Il y a des intérêts particuliers derrière les vagues de privatisation de diverses formes. Lorsque les grandes entreprises pensent à la santé, elles ne voient que la valeur des services sociaux et de santé estimée à 5800 milliards USD par an, pas le bien-être de la population.

Or, quand les citoyens sont unis et déterminés, rien ne peut les décourager. Nous devons donc mobiliser l’opinion publique autour des soins de santé publics universels, qui représentent le moyen le plus sûr de préserver la supériorité du peuple par rapport au profit, en offrant un accès universel à une santé de qualité. Nous devons constamment garder à l’esprit cette notion très importante à mesure que nous progressons vers l’objectif de santé pour tous, aux côtés d’autres partenaires sociaux.

 

 

Voir aussi