Droits syndicaux en Algérie: Appel à la réintégration de Rachid Malaoui !

Novembre 08, 2013
SNAPAP logo and photo of Rachid Malaoui
L'Internationale des Services Publics (PSI), La Confédération Syndicale Internationale (CSI), l'Union Internationale des Travailleurs de l'Alimentation, de l'Agriculture, de l'Hôtellerie-Restauration, du Catering, du Tabac et des Branches connexes (UITA), le Comité International de Soutien au Syndicalisme Autonome Algérien (CISA) , le Solidarity Center d’AFL-CIO et le Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) expriment leur solidarité avec les syndicalistes autonomes algériens qui luttent pour la défense des libertés syndicales et appelent à la réintégration de Rachid Malaoui, Président du SNAPAP.

Toutes les organisations syndicales et les organisations internationales de défense des droits de l’Homme sont appelées à soutenir le SNAPAP en envoyant des lettres à la Présidence de la République Algérienne, exigeant que Rachid Malaoui soit réintégré dans ses fonctions dans les plus brefs délais et que le droit au détachement pour exercer son mandat syndical lui soit garanti, conformément à la législation algérienne et aux engagements internationaux de l’Algérie.

En mai 2013, Rachid Malaoui a été arbitrairement radié de son poste à l’Université de Formation Continue alors qu’il s’apprêtait à participer à la Conférence Internationale du Travail, organisée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT), en juin dernier, à Genève. Ce type de harcèlement démontre clairement une volonté de sanctionner Rachid Malaoui en raison de son activisme syndical et de son engagement pour la défense des droits de l’Homme, en violation de l’article 53 de la loi algérienne n° 90-14 du 2 juin 1990 qui stipule qu’ « aucun délégué syndical ne peut faire l’objet, de la part de son employeur, d’un licenciement, d’une mutation ou d’une sanction disciplinaire, de quelque nature que ce soit, du fait de ses activités syndicales ». En juin et juillet 2013, pendant et après la Conférence internationale du Travail, plusieurs négociations informelles ont été menées avec le Ministère du Travail et d’autres institutions d’État, au cours desquelles Rachid Malaoui a été informé de son éventuelle réintégration. Malheureusement, à ce jour, aucune mesure concrète n'a été prise et ses voies de recours pour le traitement de son dossier sont restées sans réponse de la part de l’administration algérienne.

Veuillez trouver ci-joint:

Pour faire partie du groupe de soutien au SNAPAP, merci d’envoyer une copie de vos messages de soutien et de vos lettres de protestation à l’adresse suivante : Rights@world-psi.org

Voir aussi