Soutien envers la grève du personnel de la National Gallery de Londres

Août 21, 2015
Depuis le mois de février 2015, le personnel de la National Gallery de Londres, membre du Syndicat des services commerciaux et publics (PCS), un affilié de l’ISP, a entamé une grève pour protester contre la décision du musée de privatiser la majeure partie de ses effectifs, notamment les équipes en charge des fonctions de surveillance et d’accueil aux six millions de visiteurs annuels de l’établissement.

Agissez maintenant!  Soutenez la campagne LabourStart: envoyez un message au nouveau directeur de la National Gallery, en l’appelant à trouver une solution à ce conflit.

Opposé depuis toujours à la privatisation de tous les services aux visiteurs du musée, le syndicat lutte en faveur de la réintégration de sa représentante Candy Udwin, dont le licenciement lié aux activités syndicales qu’elle a menées dans le cadre de ce conflit a été jugé abusif par le tribunal provisoire.

Le PCS a entamé une grève illimitée afin de dénoncer les plans de privatisation du musée, ainsi que leurs répercussions. Cette action a gagné en ampleur depuis que la galerie a annoncé la signature d’un contrat de cinq ans, d’un montant estimé à 40 millions de livres, avec l’entreprise de sécurité privée Securitas, qui sera désormais en charge des services de sécurité et d’accueil. Près de 300 employé(e)s, responsables de la surveillance des œuvres et de l’accueil aux visiteurs, seront touché(e)s par cette restructuration. En effet, ils/elles ne seront plus employé(e)s directement par le musée, mais travailleront officiellement pour Securitas.

L’ISP invite ses affiliés à envoyer un message (en anglais) au nouveau directeur, Gabriele Finaldi, lui demandant de mettre un terme à ce différend qui dure depuis trop longtemps:

Cher Dr Finaldi,

A l’heure où vous prenez votre nouvelle fonction de directeur du National Gallery, je m'inquiète pour les membres du PCS, qui mènent actuellement une grève en vue de dénoncer les plans de privatisation du musée et leurs répercussions.

Les discussion sérieuses se tenant actuellement entre la National Gallery et PCS représentent une évolution positive. J'espère que celles-ci permettront de trouver une solution à ce différend qui perdure. Cependant, je suis convaincu(e) que la prise en charge des deux tiers du personnel du musée par Securitas, une entreprise de sécurité privée, viendra mettre à mal les services proposés par la galerie. Je soutienss également les revendications du personnel en faveur de garanties contractuelles au regard de leurs conditions de travail. J'ai pu lire sur le site Internet de l’entreprise de sécurité qu’elle proposait des services meilleur marché, car elle « pouvait se permettre de verser à son personnel un salaire moindre ».

En outre, je pense fermement que la représentante syndicale du PCS, Candy Udwin, doit pouvoir retrouver son poste, puisqu’une mesure provisoire du tribunal du travail a déclaré qu’elle avait été licenciée abusivement en raison de ses activités syndicales. Je vous prie de bien vouloir trouver une solution à ce différend qui dure depuis trop longtemps, de sorte que les amateurs d’art, qui ont également foi en l’équité et la justice, puissent de nouveau admirer la merveilleuse collection de la National Gallery.

Sincères salutations,

Les grévistes ont déjà effectué près de 80 jours d'action et sont toujours en grève illimitée. Ils comptent sur votre appui pour soutenir la campagne.

Merci de signer également la pétition : https://you.38degrees.org.uk/petitions/no-privatisation-at-national-gallery

IMPORTANT : les signataires doivent indiquer un code postal britannique. Nous recommandons aux membres qui résident en dehors du Royaume-Uni d’utiliser celui du musée – WC2N 5DN.

Voir aussi