La taxe Robin des Bois au service du bien commun en Europe

Mai 26, 2014
L'Internationale des Services Publics (PSI) tient à saluer le pas décisif que viennent de franchir 10 pays européens en entérinant la taxe sur les transactions financières (TTF), également connue sous le nom de taxe Robin des Bois. La PSI et ses affiliés sont fiers de figurer en première ligne du mouvement international pour la justice fiscale, aux côtés de leurs partenaires de la société civile, en menant notamment des campagnes en faveur de la TTF afin de mettre un terme à la pauvreté et aux inégalités par le financement de services publics de qualité.

Dans ce contexte, David Hillman de Stamp Out Poverty, notre partenaire de campagne, a tenu à partager l'article ci-dessous :

Le 6 mai dernier, à l'occasion de la réunion des ministres des Finances européens, dix Etats membres ont conclu un accord historique portant sur l'introduction d'une taxe sur les transactions financières (TTF). Au grand dam de George Osborne, ce groupe de pays – emmené par la France et l'Allemagne – a entériné une approche par étapes de la TTF, en précisant que cette dernière concernerait dans un premier temps les actions et certains produits dérivés uniquement, et ne porterait sur les revenus qu'à partir de l'année prochaine.

Lors de cette séance retransmise à la télévision, le commissaire européen en charge de la fiscalité, Algirdas Semeta, a explicitement mis en lumière le large soutien affiché par les citoyen(ne)s européen(ne)s en faveur de la TTF, largement reflété par la manifestation pour la taxe Robin des Bois qui se déroulait au même moment devant le bâtiment, comme il s'est plu à le rappeler aux ministres. Le combat de Robin des Bois pour la victoire fut à l'image d'un match de boxe. Si Robin a certes réussi à mettre les banquiers sur la touche, sous les acclamations de la foule, il doit toujours parvenir à mettre la main sur la bourse, détenue par la Chancelière allemande Angela Merkel et le Président français François Hollande.

Voilà où la campagne en est arrivée. Si l'accord politique signé par ces 10 pays prêts à aller de l'avant marque sans aucun doute une étape importante, il ne faut toutefois pas crier victoire trop vite : nous devons tout mettre en œuvre pour que l'argent réuni grâce à la taxe Robin des Bois soit destiné à la protection des emplois, à la stimulation de l'emploi, ainsi qu'à l'amélioration et à la protection des conditions de vie des populations vivant dans les régions les plus défavorisées de cette planète.

La joie de l'Allemagne, de la France, de l'Italie ou encore de l'Espagne ne fait aucun doute, mais qu'en est-il de l'autre côté de la Manche ? Nous ne pouvons que déplorer l'attitude négative – voire déprimante – de notre gouvernement, qui tente de se mettre en travers de la route des pays pionniers, défenseurs de la TTF, en recourant à la voie légale. C'est avec une joie non dissimulée que nous vous informons que le 30 avril dernier, la Cour européenne de Justice a débouté le Royaume-Uni, ouvrant ainsi la voie à l'accord historique qui allait être conclu la semaine suivante. Il s'agit d'un revers quelque peu embarrassant pour le chancelier de l'Echiquier Osborne, qui se voit reprocher de faire passer les intérêts du secteur financier avant ceux de l'ensemble de la Grande-Bretagne. Cette action en justice ne fut pas seulement inopportune, irréfléchie et futile, elle s'est également avérée un important gaspillage de l'argent des contribuables, étant donné la décision de Cour d'imputer au Royaume-Uni tous les frais juridiques relatifs à cette affaire.

Si le chancelier de l'Echiquier britannique n'est peut-être pas un défenseur de la cause de Robin des Bois, nombre de nos concitoyen(ne)s, eux, le sont :

Ensemble, veillons à ce qu'elle devienne la taxe la plus populaire de toute l'histoire !

Au vu du soutien croissant des citoyen(ne)s et conseils municipaux britanniques, comme des experts financiers, envers la taxe Robin des Bois, de l'échec de la tentative du gouvernement britannique de faire obstacle aux avancées, et de la première étape de la TTF entérinée par 10 pays européens, il est manifeste que nous avançons, mais un long chemin reste encore à parcourir avant d'obtenir la taxe pour laquelle nous luttons !

Nous devons mettre tout en œuvre pour obtenir la taxe la plus forte et la plus large d'Europe, couvrant le plus grand nombre d'aspects possibles, et ne laissant aucune marge au secteur financier pour exploiter d'éventuelles failles juridiques. Nous devons également veiller à ce que l'argent ainsi récolté soit bien dédié aux objectifs fixés : protéger les emplois et les services publics, répondre aux engagements envers des services d'eau propre, de santé et d'éducation dans les pays en développement, et relever les défis du changement climatique. Et nous devons nous appuyer sur les progrès accomplis au regard de la TTF sur le continent européen pour changer les mentalités au Royaume-Uni, en convainquant les partis politiques dans la course aux élections générales de mai 2015, que l'heure de la taxe Robin des Bois a sonné.

Aidez-nous à dépasser le million de voix en faveur de la taxe Robin des Bois – nous recensons actuellement 700 000 signatures – en demandant à deux de vos connaissances de la signer, afin que nous puissions annoncer aux médias du monde entier que la taxe Robin des Bois est la taxe la plus populaire de toute l'histoire ! Avec votre aide, nous pouvons y arriver !

Voir aussi