We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Les ratios sécuritaires professionnelles en soins/patient-e-s : un enjeu électoral au Québec

14 Janvier 2019
Depuis plusieurs années, les 75 000 professionnelles en soins membres de la Fédération Interprofessionnelle de la Santé au Québec (FIQ) font pression sur le gouvernement pour pouvoir donner des soins de qualité et humains. Avec des équipes de travail plus stables, avec un nombre suffisant de soignantes dans l’équipe de soins, bien des problèmes peuvent être évités.

Des ratios sécuritaires ont été mis en place ailleurs dans le monde avec succès, notamment en Californie et en Australie. Les résultats sont bénéfiques pour les patient-e-s et les professionnelles en soins : augmentation du temps passé auprès des patient-e-s et de la qualité des soins donnés, moins de chutes, d’infections acquises à l’hôpital, d’accidents de travail, etc. C’est prouvé et connu, les ratios sécuritaires peuvent sauver des vies.

La FIQ outillait ses membres depuis longtemps pour dénoncer des conditions d’exercice inadéquates : formations sur le rôle d’advocacy, publication d’un Livre noir sur la sécurité des soins, développement d’un outil en ligne permettant de dénoncer des conditions de pratique, etc. En janvier 2018, une jeune infirmière en soins de longue durée a interpellé le ministre de la Santé sur les médias sociaux. Visiblement en détresse, elle dénonçait le nombre de patient-e-s trop important à sa charge et l’impact sur sa pratique – 70 patient-e-s, de nuit. Son intervention a amorcé un mouvement de dénonciation des conditions d’exercice des professionnelles en soins au Québec. La FIQ a saisi cette opportunité. Une offensive médiatique a eu lieu pour sensibiliser la population et les décideurs à la surcharge de travail actuelle et à son impact sur la sécurité des soins.

Les ratios sécuritaires promus par la FIQ signifient la présence d’une équipe minimale de professionnelles en soins pour un groupe de patient-e-s ayant des problèmes de santé similaires. Ce minimum est ensuite ajustable à la hausse selon les besoins des patient-e-s. Suites aux interventions de la FIQ, pas moins de 13 projets visant à déterminer et mettre en œuvre des ratios ont démarré en médecine, chirurgie et dans les centres d’hébergement de soins de longue durée. Quatre autres projets seront bientôt lancés (urgence, soins à domicile, établissement privé conventionné, inhalothérapie). Ces projets s’appuient sur une structure nationale et locale, dont le cœur est un comité paritaire local. Ils sont un premier pas vers des ratios sécuritaires partout au Québec.

Voir aussi