We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

L’ISP organise deux séminaires sur la fiscalité et le commerce à São Paulo

13 Juillet 2018
Financés par la Fondation Friedrich Ebert (FES), les séminaires de l’ISP se sont penchés sur les accords de libre-échange, les nouvelles méthodes déployées par les sociétés transnationales pour « s’emparer » des organisations internationales, l’évasion fiscale des entreprises ainsi que sur des solutions pour entamer une réforme fiscale progressiste.

 

Le premier séminaire, organisé le 3 juillet, a mis l’accent sur les accords de libre-échange. Plus de 30 dirigeant(e)s syndicaux/ales brésilien(ne)s y ont participé. Les discussions se sont principalement axées sur l’Accord sur le commerce des services (ACS), les nouvelles méthodes déployées par les sociétés transnationales pour « s’emparer » des organisations internationales et l’avancement des négociations sur l’ACS entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur.

Bien que ces problématiques ne constituent pas une priorité dans le contexte politique actuel du Brésil, les affiliés ont considéré ce séminaire comme étant une bonne initiative au vu des prochaines élections et de l’incertitude politique qui règne sur le pays, qui force les syndicats à adopter une position claire sur ces questions.

Les affiliés brésiliens de l'ISP ont décidé :

  • De demander au Professeur Lucas Tasquetto de produire des vidéos sur la protection des données sur Internet, les sociétés transnationales dans le secteur numérique et les accords de libre-échange ;
  • De travailler avec le Rede Brasileira pela Integração dos Povos (Réseau brésilien pour l’intégration des peuples, REBRIP) ;
  • De rédiger un rapport sur l’impact qu’exerce sur le genre un accord de libre-échange s’appliquant à un continent tout entier ;
  • D'organiser un séminaire sur le commerce électronique, les accords de libre-échange et le monde du travail (au Brésil) ;
  • De contribuer au blog sur l’ACS créé par des collègues du SINDCOOP (et donc de publier sur cette plateforme des rapports, des outils, des analyses, des actualités de campagne et des informations sur les activités mises en œuvre) ;
  • De rejoindre le réseau pour la justice fiscale en Amérique latine. Bien qu'il s’agisse d’une problématique distincte, les participant(e)s ont pris cette décision en estimant que ces deux questions étaient liées.

Evasion fiscale des entreprises

Un séminaire régional sur l’évasion fiscale des entreprises a été organisé le 4 juillet. Quelque 40 participant(e)s, principalement des dirigeant(e)s syndicaux/ales du Brésil et de neuf autres pays d’Amérique latine (Argentine, Chili, Paraguay, Pérou, Equateur, Colombie, Panama, Costa Rica et Honduras), y ont assisté.

Ce séminaire a été organisé dans les locaux de la Confédération syndicale des Amériques (CSA). Rita Berlofa, Présidente d’UNI Finance, et Nicolas Menassé, représentant de l’Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB), y ont également participé. L’unité d’action du mouvement syndical international a ainsi pu être renforcée, et on a pu démontrer que les avis concernant les principales questions liées à la politique économique internationale convergeaient.

Le 5 juillet, les participant(e)s se sont mis(es) d’accord sur un plan d'action comprenant des initiatives pratiques ainsi que des directives politiques pour la période à venir. Ils/elles se sont en outre accordé(e)s pour adopter une approche axée sur le genre en matière de fiscalité dans toutes leurs activités, donner la priorité aux questions liées aux dépenses des Etats et à l’exonération fiscale, mettre l’accent sur les Etats et les municipalités, utiliser les arguments avancés lors des séminaires dans la négociation collective, et mener au moins trois études de cas en Amérique latine qui serviront pendant les campagnes.

Les participant(e)s ont reconnu que l’ISP devait publier une courte brochure sur les principaux éléments des réformes fiscales progressistes en Amérique latine en se basant sur le matériel existant. Ils/elles ont également exprimé un vif intérêt pour poursuivre les discussions sur le pouvoir des entreprises. Enfin, les participant(e)s ont identifié les trois pays de la région les plus à même d’améliorer leur législation fiscale et ont décidé de concentrer leurs efforts sur ces pays.

Cliquez ici pour consulter les photos

Voir aussi