Déclaration de l’ISP sur les inondations et les catastrophes naturelles

05 Septembre 2017
The National Guard/CC
Les graves inondations qui ont touché la semaine dernière le Texas et certaines régions d’Inde, du Bangladesh et du Népal causent de très lourdes pertes en vies humaines et moyens de subsistance, ainsi que des dommages importants aux communautés. L’ISP tient à présenter ses condoléances à celles et ceux qui ont été touché(e)s par ces catastrophes, et fait part de ses inquiétudes quant à la fréquence et à l’intensité croissantes de ces pluies torrentielles ainsi qu’à la capacité des services d’urgence publics d’y faire face.

Ces catastrophes naturelles mettent à rude épreuve les administrations locales et régionales, qui emploient tous les moyens possibles pour soulager les souffrances de la population et rétablir les services publics de base tels que l’eau, l’électricité, les transports et l’éducation, entre autres.

Dans les communautés touchées par les inondations, les intervenant(e)s d’urgence sont encore une fois appelé(e)s à accomplir des actes d’héroïsme et de bravoure pour secourir la population et rétablir les services publics. L’ISP salue leur professionnalisme, leur courage et leur dévouement. Ces intervenant(e)s sont appelé(e)s à quitter leur famille pour se rendre dans des zones extrêmement dangereuses. Trop souvent, ils/elles ne disposent pas des outils et des formations nécessaires et pâtissent du manque de coordination des différentes agences gouvernementales. Ces conditions constituent non seulement un frein à l’efficacité des intervenant(e)s, mais leur font également prendre des risques inutiles en matière de santé et de sécurité pour accomplir leur mission.

Les syndicats reconnaissent de plus en plus que les solutions pour mieux répondre aux catastrophes doivent être trouvées dans la sphère politique. De fait, les syndicats doivent développer des stratégies politiques pour élaborer des politiques publiques visant à améliorer la prévention des catastrophes, les premiers secours et la reconstruction. Ces politiques et programmes publics doivent non seulement protéger les intervenant(e)s d’urgence, mais aussi, en fin de compte, les familles et les communautés.

Bien que la cause des inondations survenues cette semaine ne puisse être seulement attribuée au réchauffement climatique, il est clair que l’intensité et la fréquence de ce type de catastrophe sont exacerbées par les changements climatiques induits par l’homme. L’élévation du niveau des océans et la hausse des températures – tant dans les mers que dans l’atmosphère – contribuent à accroître l’impact des tempêtes, l’air chaud étant davantage chargé en eau que l’air froid.

L’ironie des inondations frappant Houston est que la ville représente l’une des plaques tournantes mondiales de l’industrie pétrochimique, qui a dépensé des millions de dollars pour nier l’existence du changement climatique et pour soutenir des politiques réduisant l’action gouvernementale, la réglementation et les protections sociales. Il est tragique que ce soient les communautés les plus pauvres, au Texas, en Inde comme au Bangladesh, qui souffrent le plus et sont le moins bien protégées.

Face à la menace climatique, il est nécessaire de repenser nos modèles de croissance, de consommation et de recherche de profit constantes. Nous devons également réévaluer nos structures politiques, qui sont de plus en plus sous le joug des grandes sociétés.

L’ISP est prête à apporter sa contribution en cette ère d’incertitude, d’abord en aidant à défendre les droits de tou(te)s les travailleurs/euses des services publics, puis en positionnant le rôle des travailleurs/euses et des syndicats au cœur du discours social qui s’avère urgent pour relever les défis auxquels l’humanité fait face.

 

Voir aussi