We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Turquie: les interdictions de voyager sont levées pour les femmes syndicalistes libérées sous caution

30 Avril 2013
Güler Elveren, Bedriye Yorgun et Güldane Erdogan
Quinze femmes syndicalistes de la Confédération indépendante des syndicats de la fonction publique, KESK, étaient présentes au tribunal le 18 avril 2013. Pendant la courte audience, les juges ont levé l'interdiction de voyager à l'étranger; ce qui était auparavant une condition de leur libération sous caution.

Les femmes avaient été arrêtées il y a un an, le 13 février 2012 sur des accusations fondées sur des preuves de leur organisation avec leur syndicat (légal) et leur travail sur les droits des femmes. En décembre toutes les femmes avaient obtenues leur libération sous caution.

Cinq d’entre elles sont du syndicat de la santé et des services sociaux (SES), six du syndicat des enseignants, (Egitim-Sen), une du Syndicat du personnel municipal (Tüm Bel Sen) et une du syndicat des employés de bureau (BES). Parmi ces 15 femmes, il y a une ancienne Secrétaire Nationale des Femmes de KESK, ainsi que la titulaire actuelle du poste.

Ciblées par le gouvernement

Güler ElverenGüler Elveren, la Secrétaire des Femmes du syndicat de Tüm Bel Sen et l'une des accusées, a déclaré que l'affaire était «absolument politique", qu'elle avait été ciblée parce qu'elle est une syndicaliste, une militante des droits des femmes et Kurde.

Après la dernière audience de décembre, la co-accusée Secrétaire National de la femme pour KESK, Canan Çalağan, a expliqué pourquoi les femmes sont particulièrement visées: « la répression [de l’Etat] contre nous les femmes de KESK et la répression généralisée contre les femmes en Turquie est parallèle. "

Elle a dit que KESK est convaincu que la lutte pour les droits des travailleurs et pour la démocratie doit s’effectuée ensemble. Elle a également souligné que KESK est contre toutes formes de discrimination, y compris la violence faite aux femmes.

KESK affirme que 94 de ses membres arrêtés lors des différentes opérations de police sont toujours en prison : 23 femmes et 71 hommes. «Quand ils seront libres, je serai libre ! Mais en ce moment même je ne me sens pas libre ", a déclaré Güler Elveren une des accusée le plus longtemps détenue qui a été libérée en décembre.

Répression de l'activité politique légale

Tous ces syndicalistes sont accusés en vertu des lois anti-terroristes de Turquie; en l’occurrence toutes ces lois sont critiquées pour être trop large et mal définies. Les peines en Turquie peuvent être très lourdes. La détention provisoire dure pendant de longs mois. Le système judicaire a été très critiqué par les organismes de défense des droits de l'homme. Plusieurs milliers de militants politiques ont été arrêtés et inculpés, en particulier lors de ces trois dernières années.

Dans un rapport du mois de mars, Amnesty International a condamné "l'augmentation arbitraire des lois anti-terroriste de poursuivre en justice les activités dites légitimes, y compris les discours politiques, les écrits contestateurs, la participation aux manifestations, et les associations avec les organismes et les groupes politiques reconnus- en violation des droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion. "

La prochaine audience des 15 femmes de KESK sera le 13 juin 2013.


Rapport de l’Internationale des Services Publics (PSI) par Tim Baster et Isabelle Merminod.

Voir aussi