Tchad : décès d’un syndicaliste emprisonné à cause d’un sourire

20 Décembre 2012
Deux hommes portant un notice "Gustave, victime de l'injustice"
L’ISP est attristée et choquée d’apprendre le décès de Gustave N’Beta, membre actif de l’Union des Syndicats du Tchad.

Ce syndicaliste a été condamné à trois mois de prison pour le simple fait d’avoir souri dans la salle d’audience où un juge a prononcé la sentence de trois de ses camarades. Peu de temps après son emprisonnement, il est tombé malade et sa famille n’a obtenu le droit de le conduire à l’hôpital qu’à la fin du mois de novembre. Malheureusement, Gustave N’Bailou Betar est décédé le 9 décembre.

L’ISP a envoyé une lettre de soutien et de condoléances à sa famille et à tous les membres de son syndicat.

Les travailleurs et travailleuses du secteur public tchadien sont en grève depuis le mois de juillet 2012, suite à des actions du gouvernement concernant les négociations de salaires.

En septembre, les travailleurs et travailleuses ont accepté d’attendre les résultats d’une médiation initiée par les chefs religieux, mais le gouvernement a néanmoins intenté un procès contre les responsables syndicaux.

Le président de l’Union des Syndicats du Tchad, Michel Barka, le vice-président, Younous Mahadjir, et le secrétaire général, François Djondang, ont été condamnés à 18 mois avec sursis et à 1.500.00 F d’amende.

Le 11 décembre, le gouvernement a reçu les responsables des cinq centrales du pays et a enfin ouvert la porte aux discussions.

Lors d’une réunion de l’assemblée générale de l’UST, le 17 décembre, les dirigeants syndicaux ont convaincu les travailleurs et travailleuses d’accepter de suspendre le grève et d’observer une trêve de trois mois, en attendant les résultats des négociations avec le gouvernement.

Lors des funérailles du Camarade Gustave N’Bailou Betar, ses collègues syndicalistes se sont recueillis auprès du cercueil et ont condamné l’injustice dont Gustave a été victime.

Les pièces jointes 

Voir aussi