We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Quand aimer devient un crime: La criminalisation des relations entre personnes de même sexe en Afrique subsaharienne

25 Juin, 2013
Source: 
Amnesty International
Quand aimer devient un crime
Ce rapport analyse le cadre juridique et le contexte général dans lequel sont commises les violations des droits des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI) en Afrique subsaharienne. Ces dernières années ont été marquées par une augmentation du nombre de cas signalés de harcèlement, de marginalisation, de discrimination et d'agressions fondés sur l'orientation sexuelle ou sur l'identité de genre, réelles ou supposées. Ces actes se produisent dans des pays dont les systèmes juridiques cautionnent toujours la criminalisation des relations entre personnes de même sexe, ainsi que dans des pays où la police et la justice ne font rien pour empêcher les crimes contre ces personnes.

Dans 38 pays d'Afrique subsaharienne, il existe des lois qui érigent en infraction les relations consenties entre personnes de même sexe. Dans quatre de ces pays, toute personne reconnue coupable de ces pratiques
est passible de la peine de mort. Ces lois sont constamment utilisées pour s'en prendre à des personnes à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre réelles ou supposées, et pour attaquer celles et ceux qui agissent en faveur des droits humains des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres ou intersexuées. Ces lois s'appuient sur des comportements discriminatoires fortement ancrés dans la société.

La discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre ainsi que la criminalisation des relations consenties entre personnes de même sexe sont des violations du droit international relatif aux droits humains. Toutefois, les comportements sociaux discriminatoires restent répandus et les lois de criminalisation sont toujours appliquées. Ces dernières années, certaines lois ont même été renforcées. Ce rapport, qui s'appuie sur des recherches menées dans quatre pays d'Afrique subsaharienne, examine les effets des lois de criminalisation et des comportements sociaux discriminatoires visant les lesbiennes, les gays et les personnes bisexuelles, transgenres ou intersexuées.

Amnesty International engage les gouvernements à abroger les lois qui criminalisent les relations consenties entre personnes de même sexe et à promulguer et appliquer des lois protégeant les lesbiennes, gays et personnes bisexuelles, transgenres ou intersexuées des discriminations, actes de harcèlement et violences, conformément aux obligations que leur impose le droit international.

Amnesty International

Téléchargements

Voir aussi