We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

Journée internationale de la femme 2015

Date: 
8 Mars, 2015
Time: 
09.00 - 17.00
Type d'événement: 

8 mars 2015 – Nous n’attendrons pas 20 ans de plus !

Il y a 20 ans, la Déclaration et le Programme d’action de Beijing ont été adoptés, porteurs de grands espoirs pour l’avenir. Le Programme d’action projette un monde où chaque femme et chaque fille peut exercer ses libertés et ses choix, connaître et comprendre tous ses droits, notamment le droit de vivre sans violence, le droit à l’éducation, le droit de participer à la prise de décision et le droit de recevoir un salaire égal pour un travail égal. Mais, pour l’essentiel, les engagements pris n’ont toujours pas été honorés.

C’est pourquoi l’Internationale des Services Publics (ISP), la Fédération Européenne des Syndicats du Service Public (FSESP) et le mouvement syndical international exigent un changement radical de la part des responsables politiques, pour passer de l’inaction à des investissements ciblés et des réformes du travail visant la mise sur pied d’un marché de travail inclusif qui garantisse un accès égalitaire des femmes au salariat et à un travail décent, leur représentation aux postes de décision et leur accession à des services publics et à une éducation de qualité.

D’après Rosa Pavanelli, Secrétaire générale de l’Internationale des Services Publics :

« L’égalité de genre n’a pas été atteinte ces 20 dernières années. Un changement politique, social et culturel est nécessaire et nous reconnaissons que les politiques en faveur des femmes et des travailleurs feront la différence et que les syndicats ont un rôle important à jouer dans le processus. Donner plus de pouvoirs aux femmes permet en effet l’autonomisation des sociétés ».

L’inégalité a divisé le monde. 80% de la population mondiale vit avec moins de 10 dollars par jour. Depuis des décennies, la part des salaires dans le revenu national est en baisse constante, parallèlement à l’érosion des institutions du marché du travail. Les politiques néolibérales menées à travers le monde, les mesures d’austérité introduites en réponse à la récente crise économique mondiale et aux coupes dans les dépenses publiques, tant dans les pays développés que dans les pays en développement, ont eu un impact disproportionné sur les femmes et les filles.

Il y a eu une augmentation sans précédent d’emplois non déclarés et précaires, dans lesquels les femmes sont surreprésentées. L’allégement de la pauvreté et l’égalité des sexes devraient être liés à la croissance des revenus et des salaires. L’égalité de rémunération et un salaire minimum vital devraient faire partie des objectifs des politiques sociale et économique. 

Jan Willem Goudriaan, Secrétaire général de la FSESP ajoute:

« C’est la raison pour laquelle l’Union européenne doit absolument reconnaître la nécessité d’investir dans la qualité des services et l’infrastructure sociale alors que la déréglementation des économies et la privatisation du secteur public aggravent les inégalités subies par les femmes, surtout dans les communautés marginalisées de l’Europe. »

Les investissements réorientés peuvent fournir les fonds nécessaires au financement de la protection sociale, un salaire minimum vital, l’éducation pour tous et l’énergie renouvelable pour enrayer le changement climatique. Par conséquent, nous appelons à la justice fiscale, à la fin des paradis fiscaux, de l’évasion fiscale et de la corruption, à la lutte contre les avantages fiscaux dans la course au moins-disant et aux politiques de concurrence fiscale régionales. 

Cependant, les négociations de traités de libre échange risquent d’avoir des incidences négatives sur les réglementations à des fins d’intérêt public et représenteraient une grave menace pour la démocratie parce que ces négociations ont lieu sans vérification de la part du Parlement. 

L’ISP exhorte les gouvernements à prendre des mesures audacieuses pour veiller à la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, notamment pendant la négociation du nouveau cadre de développement durable qui doit être adopté en 2015.

Nous n’attendrons pas 20 ans de plus !

Voir aussi