Algérie: syndicalistes du secteur judiciaire en grève de la faim

Juin 06, 2012
Pour protester contre la répétition des violations des droits syndicaux et humains, neuf syndicalistes (cinq femmes et quatre hommes) ont entamé une grève illimitée de la faim, le 6 mai, à Alger (Algérie). Bien que des réunions d’urgence aient été demandées et que des rapports journaliers sur la rapidité avec laquelle la santé de ces travailleurs se dégrade aient été diffusés, le gouvernement refuse toujours de considérer les revendications des travailleurs du secteur judiciaire. L'ISP a adressé une lettre de protestation au Président Bouteflika et fait appel à la solidarité de ses affiliés afin d'obtenir du gouvernement algérien des mesures immédiates menant à des négociations et un dialogue social pour résoudre la crise et de permettre aux grévistes de cesser leur grève de la faim avant qu'il ne soit trop tard.

Les grévistes de la faim ont commencé à protester dès que le gouvernement a réprimé le mouvement de protestation national, organisé par les travailleurs du secteur judiciaire, le 24 avril. D’après une déclaration publiée par le syndicat des travailleurs de l’administration, les forces de sécurité ont violemment dispersé la manifestation pacifique, blessant et arrêtant plus de 150 femmes. Des rapports faisant état de la brutalité policière contre les femmes en détention mentionnent des cas de fractures multiples et de perte de connaissance, provoquant même une fausse-couche chez l’une d’entre elles.

Les travailleurs du secteur judiciaire, à prédominance féminine, ont organisé plusieurs actions de protestation au cours des derniers mois contre la violation répétée de leur droit à se syndiquer. Par conséquent, de nombreux travailleurs n’ont pas perçu leur salaire, ont été suspendus, mutés ou licenciés. Il y a eu également de nombreux cas de harcèlement verbal et physique.

L'ISP fait appel à ses affiliés, leur demandant d'envoyer des lettres de protestation. Vous pouvez télécharger la lettre modèle ci-dessous ou envoyer votre lettre directement via le site de Labourstart.

Veuillez envoyer une copie de votre lettre à l'ISP rights@world-psi.org, psi.arab.countries@world-psi.org et à l'ambassade d'Algérie de votre pays.

Envoyer votre lettre de protestation en ligne

Voir aussi