We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site by the end of the year.

Travailleurs/euses migrants/tes - en savoir plus

Dans de nombreux pays, les travailleurs/euses qualifié(e)s des secteurs de la santé et des services sociaux estiment qu'ils/elles doivent quitter leurs familles et partir travailler à l'étranger pour gagner un salaire décent, bravant ainsi l'exploitation et la discrimination. En outre, leur départ affaiblit les services sociaux et de santé de leur propre communauté. L'ISP collabore avec des syndicats du monde entier afin de protéger les travailleurs et travailleuses migrant(e)s. L'ISP souhaite également améliorer les salaires et les conditions de travail – en vue de réduire la pression économique incitant à la migration et d'accroître la qualité des services sociaux et de santé.

De nombreuses raisons expliquent pourquoi les travailleurs/euses des secteurs de la santé et des services sociaux, et tout particulièrement les femmes, choisissent de quitter leurs familles et de migrer dans d'autres pays. Ils sont poussés par de bas salaires et des conditions de travail éprouvantes. Ils sont mus par le souhait d'acquérir de l'expérience et des qualifications. Ils espèrent pouvoir gagner plus d'argent afin d'en envoyer chez eux et d'améliorer ainsi la vie de leurs enfants.

Mais les pays développés sont eux aussi confrontés à certains problèmes. De nombreux travailleurs ont quitté leur pays en raison de la détérioration des conditions de travail due aux coupes budgétaires. En outre, la main d'œuvre vieillit et de nombreux travailleurs décident de partir à la retraite.

Pour pallier temporairement cette pénurie croissante de personnel, les pays riches se tournent alors vers les pays en développement afin de recruter de nombreux travailleurs et professionnels du secteur de la santé. Or, la situation sanitaire de ces pays est bien pire et le personnel compétent est plus que nécessaire.

Dans de nombreux cas, les travailleurs migrants du secteur de la santé ne sont pas bien traités. Ils sont souvent affectés à des postes non liés à leurs compétences ou à leur formation – par exemple, il n'est pas rare que des infirmiers/ères obtiennent des postes d'aide à domicile. Ils sont parfois confrontés à des salaires plus bas qu'espérés, à un coût de la vie plus élevé que prévu, à des conditions de travail difficiles et à un alourdissement de la charge de travail. Ils doivent parfois faire face à une discrimination raciale et fondée sur le genre, ainsi qu'à un accès limité au soutien syndical.

L'ISP a mis sur pied une vaste campagne, qui est toujours en cours, afin de résoudre les problèmes liés à la migration et de répondre aux besoins des travailleurs migrants. Cette initiative entend informer pleinement les travailleurs avant qu'ils ne migrent, les aider à entrer en contact avec les syndicats des pays de destination, et leur permettre de mettre à profit leurs nouvelles compétences et leur expérience pour améliorer les services de santé lorsqu'ils retournent dans leur pays.

Les travailleurs ont le droit de migrer et de tenter d'améliorer leur vie. Ils doivent être traités avec le plus grand respect. Les pays en développement ne doivent pas être utilisés comme une source de travail bon marché. Le côté positif de la migration doit être promu. Lorsque les travailleurs rentrent chez eux après avoir passé un certain temps à l'étranger, comme c'est le cas pour la plupart d'entre eux, ils doivent avoir la possibilité de partager leurs nouvelles compétences, leurs qualifications améliorées et leur expérience des nouvelles technologies, afin d'en faire profiter leurs concitoyens.

Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter nos pages consacrées à la migration.