We are building a better web presence. Visit our beta website to take part in a better experience which will replace the current site soon!

7 avril : il est temps pour un système universel de santé publique

5 Avril, 2019
La santé est un droit humain. La Journée mondiale de la santé 2019 est une occasion de militer pour que chaque femme, chaque homme et chaque enfant ait accès aux services de santé publique de qualité.

Cette année, « la couverture-santé universelle » est au cœur de cette journée. L’Organisation mondiale de la Santé vise à mieux faire comprendre ce que signifie la couverture-santé universelle. L’Internationale des Services Publics saisit cette opportunité en vue de stimuler les investissements dans les systèmes de santé publique.

Rosa Pavanelli, Secrétaire générale de l’ISP a déclaré :

Les gouvernements ont l’entière responsabilité de garantir que la santé soit considérée comme un droit humain fondamental. La situation dans le monde entier, et plus particulièrement dans les pays à revenu faible et intermédiaire, est très inquiétante. On ne peut justifier qu’au 21e siècle 100 millions de personnes doivent faire face à des dépenses de santé colossales chaque année. Bien que le taux de mortalité infantile soit en baisse, rien ne justifie que près de 6 millions d’enfants meurent encore chaque année de maladies évitables.

La marchandisation des services de santé empêche de rendre les soins de santé universels. Les multinationales, les caisses d’assurances internationales et les sociétés pharmaceutiques jouent un rôle de plus en plus important dans le secteur de la santé. Leurs ambitions sont régies par leurs intérêts privés. Ces entreprises considèrent les services sociaux et de santé comme un secteur économique en pleine expansion qui rapporte 5 600 milliards de dollars américains chaque année.

Les inégalités en matière de santé et les inégalités sociales sont interdépendantes. Seuls les quelques riches et puissants de ce monde peuvent accéder aux meilleurs services de santé. Cependant, pour la grande majorité de la population, les services de couverture sanitaire universelle couvrent au mieux les soins de santé essentiels ou de base.

La privatisation (dont les partenariats public-privé) et l’assainissement budgétaire des gouvernements a anéanti des décennies passées à mettre en place un système de santé publique solide. De plus, les conditions des prêts accordés par les institutions financières internationales aux pays à revenu faible et intermédiaire ont contribué à affaiblir leurs systèmes de santé publique déjà fragiles, compromettant leur préparation aux situations de crise. Comme nous l’a montré l’épidémie d’Ebola de 2014, les conséquences d’un tel manque peuvent être graves et s’étendre sur le long terme.

L’Internationale des Services Publics lutte pour que le système universel de soins de santé publics constitue la base d’un avenir meilleur pour tous et toutes. Au minimum, il est impératif de mettre en place un système de services sociaux et de santé publique disposant des ressources appropriées afin d’offrir des services de qualité à tous et toutes si on veut qu’aujourd'hui plus de la moitié de la population mondiale puisse « être en possession du meilleur état de santé qu’elle est capable d’atteindre ».

Plus de 8 000 milliards de dollars sont dissimulés dans des paradis fiscaux. Si les multinationales et leurs patrons extrêmement riches devaient payer leurs impôts, les Etats pourraient allouer ces gros montants aux soins de santé publics. Les gouvernements doivent également faire du financement des soins de santé publics une priorité dans leur budget.

Le système universel de soins de santé publics c’est maintenant ! C’est maintenant que, dans tous les pays, la santé pour tous et toutes doit être placée avant l’argent qu’elle rapporte. Nous devons ranimer l’esprit de la Conférence d’Alma-Ata de 1978 qui avait fait des soins primaires complets la pierre angulaire des soins de santé universels.

Le secteur de la santé et des services sociaux est le reflet de notre humanité et de la façon dont nous nous comportons. Personne ne devrait subir de discrimination quelconque en ce qui concerne l’accès à des soins de santé de qualité. Les obstacles qui empêchent les migrant-e-s et les réfugié-e-s de profiter pleinement du système de santé publique doivent être levés.

L’ISP se joint à l’OMS pour se concentrer sur « l’égalité et la solidarité » pour célébrer la Journée mondiale de la santé 2019. Un système universel de soins de santé publics qui se base sur les principes de la solidarité, de la justice sociale et de l’équité permettra d'offrir des soins de santé de qualité pour tous et toutes.

 

Télécharge et imprime notre affiche

 

Les pièces jointes 

Voir aussi